« Je suis,pour la vie, votre fils » : Claude Maître

C’est le titre du nouvel ouvrage de Guy Vivier.

Les historiens ne peuvent conduire leurs recherches que s’ils disposent du matériel qui leur permet d’être certains que les faits qu’ils relatent sont avérés. Ils recherchent donc les traces laissées par des témoins de l’époque sur les lieux : c’est ce qu’a été Claude Maître pendant de longues années à Madagascar et à la Réunion.

Ils étaient nombreux ceux qu’il a alors côtoyés mais ils furent peu à relater ce qu’ils vivaient.

Certains l’ont fait parce que c’était leur fonction dans un cadre institutionnel. Ils publièrent des ouvrages que nous pouvons encore consulter.

Lui n’était qu’un simple soldat de l’infanterie de Marine : c’est cette position qui en fait un précieux témoin du « vécu » des troupes coloniales de son époque au travers des lettres qu’il a écrites à ses parents.

A vingt ans, comme beaucoup d’autres conscrits, il est parti pour cinq ans, loin de ses parents : pendant tout ce temps, l’agriculture manquait de bras et de nouveaux nés…

Publié dans : Non classé | le 28 juin, 2013 |Pas de Commentaires »

Dédicaces de Guy Vivier à Louhans et à Sagy

Les 13 et 14 juillet 2013 aura lieu, à Sagy, l’exposition organisée par la « Société des Amis de l’instruction et de l’Agriculture de Sagy et St Martin du Mont » pour les 120 ans de son existence

Ensuite, le 27 juillet 2013 aura lieu, comme chaque année, le Salon de la Plume à Louhans.

A ces occasions, j’aurai le plaisir de présenter mon dernier ouvrage intitulé « Je suis pour la vie votre Fils ». Je publie ainsi, les lettres écrites par un conscrit de 1882, simple soldat de l’Infanterie de marine qui, pendant ses pérégrinations coloniales, écrivait régulièrement à ses parents. Claude Maître a ainsi laissé un témoignage essentiel sur les opérations menées par la France à Madagascar et à la Réunion et sur les dures réalités de l’existence des jeunes qui, à vingt ans et pendant cinq à sept ans, s’en allaient à l’autre bout du monde satisfaire les chimères de ceux qui gouvernaient la France…

Claude cite une centaines d’autres conscrits rencontrés à diverses occasions et qui sont peut-être de vos aïeux !

L’ouvrage est publié par la « Société des Amis de l’instruction et de l’Agriculture de Sagy et St Martin du Mont »

Je présenterai également mes autres ouvrages :

- Quand la Terre est bonne,

- La Maison en Bois de Lune,

- Le Bocage florissant,

- La Ronde des Cousines

- et Trémailles 2008

fichier pdf MaîtreCouverture

Publié dans : Non classé | le 21 juin, 2013 |Pas de Commentaires »

Trémailles 2008 de Guy Vivier

Je vous présente mon nouvel ouvrage édité par EdiLivre en Juin 2012. C’est la suite de la saga des Juillart et des Moine relatée dans « La Maison en Bois de Lune », « Le Bocage Florissant » et « La Ronde des Cousines ». Le sous-titre n’est pas anodin « Les rêveries d’un Maire solidaire »…

Alors que la crise économique mondiale sévit en Europe et plus particulièrement en France, les élections municipales de 2008 donnent la majorité du pouvoir communal à la gauche. Que va-t-il en advenir ? A Trémailles, dans la Bresse profonde, Aimé Gudefin est reconduit dans son mandat de Maire par ses administrés. Eric Juillart, un jeune cousin, nouveau conseiller, devient son premier adjoint. C’est le début d’une belle aventure et d’un nouveau roman…

Dès le début de la mandature, c’est la volonté du Maire de mettre en avant des valeurs humaines et républicaines, (ces valeurs que les protagonistes de la crise économique semblent avoir oubliées) qui va prévaloir. Gudefin et Juillart vont prôner la solidarité, la concertation, l’engagement individuel et collectif, la culture pour conduire la réflexion et des actions innovantes de leur communauté. Tous vont réagir localement sans rien attendre d’autres instances.

En ça, ils ne font que suivre les préceptes de Barthélémy de Laffemas, le couturier d’Henri IV, qui, se piquant d’économie, fut le promoteur du mercantilisme… Les règles étaient simples:

- produire en France;

- exporter le plus possible;

- importer le moins possible;

-attirer l’or et l’argent de l’étranger, ces métaux si précieux en cas de conflit…

La mise en pratique ? Produire de la soie qu’on importait d’Italie à prix d’or et pour cela  cultiver le mûrier partout et même à Paris : en 1602, une ordonnance royale obligera chaque paroisse à posséder une pépinière de mûriers et une magnanerie ! Un peu plus tard Colbert et Richelieu suivront la même politique (planter des chênes en forêt…).

A Trémailles, les membres du Conseil municipal et bien d’autres de leurs concitoyens vont imaginer et trouver des solutions comme tous ceux qui ont été élus en 2008 ont pu le faire ailleurs…

Essayer de se suffire à soi-même, est-ce vraiment une utopie ?

*

*   *

On trouvera cet ouvrage en librairie car il est référencé sur les bases de données de la profession. Mais on peut aussi l’acheter sur internet.

Le lien ci-dessous vous mènera sur le site de l’éditeur et ceux de ses partenaires.

http://www.edilivre.com/catalogsearch/result/?q=guy+vivier/

Trémailles 2008 de Guy Vivier dans Roman 2012-CouvertureTr%C3%A9mailles-150x116

 

Publié dans : Roman | le 12 juillet, 2012 |Pas de Commentaires »

La Ronde des Cousines de Guy Vivier

C’est le nouvel ouvrage de Guy Vivier publié en juillet 2011 par Edilivre et diffusé aussi bien dans les librairies classiques que sur les différents canaux spécialisés d’internet.

Depuis la révolution industrielle, les grandes villes ont toujours eu besoin des bras que la mécanisation de l’agriculture libérait. Depuis la révolution et la conscription, pendant deux siècles, les garçons ont pourvu les armées des Napoléon et autres Maréchaux de la République. Les filles de la terre, elles, sont devenues nourrices et bonnes à tout faire chez les bourgeois des grandes villes avant de prendre d’autres emplois.

Ce roman tend à montrer ce qu’était la vie de ces provinciaux venus chercher fortune à Paris au vingtième siècle : c’est la vie de Mélanie, l’arrière petite-fille de Claude Moine *, de Louis Moreau, son mari, et de leurs jeunes cousines qu’ils ont accueillies chez eux, au « Bistrot bressan » avant qu’elles ne prennent leurs vies en main.

Ce roman n’est cependant pas autobiographique. Les personnages et situations sont seulement vraisemblables et s’inscrivent dans les évènements réels de l’histoire du XXème siècle.

EdiLivre-APARIS diffuse ses éditions sur Internet via les grandes librairies de vente en ligne mais on peut également commander le livre en publication papier, soit chez le libraire de son choix qui peut se procurer l’ouvrage par les voies et bases de données habituelles, soit sur le site de l’éditeur en cliquant sur le lien ci-dessous:

http://www.edilivre.com/ronde-cousines-vivier-guy.html

Des séances de dédicaces sont en cours de préparation, notamment à Sagy (71580) et à la librairie du Forum à Louhans (71500)

couvertureronde.jpg

Publié dans : Roman | le 26 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

Quand la Terre est bonne de Guy Vivier

C’est le premier ouvrage publié par Guy Vivier en 2004.

Ce sont des scènes de la vie des Bressans au milieu du XXème siècle. C’est ainsi que nos grands parents vivaient il n’y a pas si longtemps. Ils n’étaient pas riches mais n’étaient pas miséreux. Ils étaient heureux, mais ne le savaient pas…

 

terrecouv.jpg

Publié dans : Roman | le 22 juillet, 2011 |Pas de Commentaires »

La Maison en Bois de Lune de Guy Vivier

La Maison en Bois de Lune est le titre du roman publié par Guy Vivier en 2008. Comme ses précédents ouvrages, « Quand la Terre est bonne » en 2004 et « Le Bocage florissant » en 2007, l’auteur inscrit les péripéties de son intrigue sur le territoire de la Bresse bourguignonne, permettant ainsi de découvrir l’histoire de Louhans et de cette belle région.

L’auteur rappelle ici une coutume ancestrale qui, paraît-il, permettait de devenir propriétaire de sa « demeurance » à celui, généralement un serf, qui était capable de construire sa bâtisse en une seule nuit dans un endroit qui semblait à l’abandon.

Le bois de Lune ? C’était du bois qui se coupait au clair de Lune dans les forêts et qu’on s’appropriait à bon compte au risque de se faire prendre par le propriétaire ou le capitaine châtelain…

Comment une telle construction pouvait-elle se faire ?

C’est ce que vous découvrirez en lisant ce roman qui vous fera vivre toute l’affaire au sein de la famille Juillart dont on retrouvera les descendants, le siècle suivant, dans le « Bocage florissant ».

Un bon moment de lecture. Un beau cadeau de Noël…

maisonenboisdelunecouvok.jpg
Cliquez sur la vignette pour voir la couverture.

Ce livre est édité par Gilles Prévost.

Il est en vente dans 200 points de vente de Bresse, Franche-Comté et Pays de l’Ain, au prix de 19€. On peut aussi s’adresser

aux Editions de la Catherinette
2, avenue Philibert Le Beau
01160 Pont d’Ain
Téléphone : 04 74 39 08 99

Frais d’envoi 4€.

Publié dans : Roman | le 13 novembre, 2008 |Pas de Commentaires »

Le Bocage Florissant de Guy Vivier (Critiques)

Second ouvrage de Guy Vivier publié aux

Editions de La Catherinette
2, avenue Philibert Le Beau
01160 Pont D’Ain.

Téléphones :04 74 39 08 99 et 06 86 86 06 58

Prix : 19 Euros.

Compte rendu de lecture dans l’Indépendant de Louhans du 15/12/2007.

bocagecouv.jpg

Fin 2007, Guy Vivier a publié son second livre. Même s’il s’agit d’un roman, d’une fiction, le « Bocage florissant » est l’histoire, telle qu’elle aurait pu être vécue, d’un paysan bressan au XIXème siècle.

L’ouvrage retrace l’histoire de Claude Moine et de sa femme Elisabeth. Guy Vivier s’est beaucoup documenté sur la vie des paysans en Bresse, il y a un peu moins de 150 ans, pour tracer au travers de la vie de son héros, une description des conditions de vie des Bressans de l’époque.

Le personnage principal du livre est quelqu’un de volontaire, qui ose, qui va de l’avant et qui réussit sa vie.

Claude Moine et sa femme Elisabeth Juillart, vont se prendre en charge pour vivre en agissant, économiquement et politiquement, contre le second empire, et pour la création de la IIIème République.

Mais c’est bien l’histoire de la Bresse et de ses habitants qui est la trame réelle de ce livre. A ce titre, il permet de mieux comprendre ce que fut la vie, en Bresse, à cette époque.

Comme le disait, il y a peu de temps, une animatrice de radio qui s’entretenait avec Guy Vivier, on peut sentir que ce Bressan par alliance, devenu Bressan tout court, « a mis beaucoup de son âme et de son coeur dans ce qu’il a écrit » .

Sa documentation, ses recherches, l’aide de ses relations bressanes ou spécialistes de la Bresse, lui ont permis d’aborder un sujet complexe au travers d’un roman dont le déroulement évoquera pour beaucoup des pans entiers de l’histoire de leur famille.

Guy Vivier publie d’ailleurs la bibliographie de ses sources.

« Le Bocage florissant » est pour tous ceux qui sont curieux de leurs racines, un beau cadeau de Noël.

Claude Petitjean

 

Extrait du Journal de Saône et Loire du Dimanche 27/1/2008

« Le Bocage florissant »

Avec « le Bocage florissant », Guy Vivier sort son deuxième livre. C’est un roman, mais ce pourrait être une histoire vraie, tant l’auteur a rassemblé de renseignements lui permettant de reconstituer l’existence des Bressans au XIXè siècle, à l’époque du Second Empire et de la IIIè République .

Aidé par son épouse Elisabeth, Claude, le héros du livre va bâtir sa vie en allant toujours de l’avant.

signé: Burgonde

Le premier ouvrage de Guy Vivier publié par le même éditeur en 2004 montrait, sous forme de nouvelles, des scènes de la vie paysanne en Bresse au XXème siècle

25quandlaterre.jpg

 

Prix 19 Euros

Publié dans : Roman | le 1 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Sang pour sang moi... |
Morganebib |
LE BLOG DE BEST SELLER ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir
| ma vie